DE Phrasen mit ça fait longtemps qu'on s'est pas vu FR Übersetzungen
Río Pas-Pisueña, Pas-Pisueña,
Monatsfachzeitschriften „Ça m’intéresse“, „Guide Cuisine“ und „Cuisine Actuelle“ in Itzehoe; les mensuels spécialisés Ça m’intéresse, Guide Cuisine et Cuisine Actuelle, imprimés à Itzehoe,
VU-BIO-154 Viêt Nam
fest: Endo-1,3(4)-beta-Glucanase 30000 VU [1]/g und Endo-1,4-beta-Xylanase 22000 VU/g; forme solide: endo-1,3(4)-bêta-glucanase 30000 UV [1]/g et endo-1,4-bêta-xylanase 22000 UV/g,
flüssig: Aktivität Endo-1,3(4)-beta-Glucanase 7500 VU/ml und Aktivität Endo-1,4-beta-Xylanase 5500 VU/ml. forme liquide: endo-1,3(4)-bêta-glucanase 7500 UV/ml et endo-1,4-bêta-xylanase 5500 UV/ml.
Dabei steht VU: sachant que VU est égal:
Endo-1,3(4)-beta-Glucanase 30000 VU/g [1] und Endo-1,4-beta-Xylanase 22000 VU/g; endo-1,3(4)-β-glucanase 30000 UV/g [1] et endo-1,4-β-xylanase 22000 UV/g,
Endo-1,3(4)-beta-Glucanase 7500 VU/ml und Endo-1,4-beta-Xylanase 5500 VU/ml. endo-1,3(4)-β-glucanase 7500 UV/ml et endo-1,4-β-xylanase 5500 UV/ml.
Endo-1,3(4)-beta-Glucanase 1500 VU endo-1,3(4)-β-glucanase: 1500 UV
Endo-1,4-beta-Xylanase 1100 VU endo-1,4-β-xylanase: 1100 UV
TSI LOC & PAS Référence dans la STI LOC et MRV
PAS PAS
fest: Endo-1,4-beta-Xylanase 22000 VU/g und Endo-1,3(4)-beta-Glucanase 15200 VU [1]/g; sous forme solide: endo-1,4-β-xylanase: 22000 UV/g et endo-1,3(4)-β-glucanase: 15200 UV [1] /g,
fest: Endo-1,4-beta-Xylanase 22000 VU/g und Endo-1,3(4)-beta-Glucanase 15200 VU [1]/g; pour les formes solides: endo-1,4-β-xylanase: de 22000 UV [1]/g et endo-1,3(4)-β-glucanase: de 15200 UV/g;
flüssig: Endo-1,4-beta-Xylanase 5500 VU/ml und Endo-1,3(4)-beta-Glucanase 3800 VU/ml. sous forme liquide: endo-1,4-β-xylanase: 5500 UV/ml et endo-1,3(4)-β-glucanase: 3800 UV/ml.
flüssig: Endo-1,4-beta-Xylanase 5500 VU/ml und Endo-1,3(4)-beta-Glucanase 3800 VU/ml. pour les formes liquides: endo-1,4-β-xylanase: de 5500 UV/ml et endo-1,3(4)-β-glucanase: de 3800 UV/ml.
(49) Cette différence s'explique essentiellement par un certain nombre de doubles comptages d'une part et par la réaffectation de certains montants sous d'autres rubriques du tableau, vu qu'ils ne sont pas liés à l'acquisition. (49) Cette différence s'explique essentiellement par un certain nombre de doubles comptages d'une part et par la réaffectation de certains montants sous d'autres rubriques du tableau, vu qu'ils ne sont pas liés à l'acquisition.
12. Le décret no 78-280 du 10 mars 1978 relatif au LNE dispose que "les ressources de l'établissement comprennent notamment: (…) les subventions de l'État, des collectivités locales, des établissements publics et de tous organismes publics ou privés (…) ". Sur cette base générale, le LNE s'est vu jusqu'à présent octroyer des subventions d'exploitation et des subventions d'investissement. 12. Le décret no 78-280 du 10 mars 1978 relatif au LNE dispose que "les ressources de l'établissement comprennent notamment: (…) les subventions de l'État, des collectivités locales, des établissements publics et de tous organismes publics ou privés (…) ". Sur cette base générale, le LNE s'est vu jusqu'à présent octroyer des subventions d'exploitation et des subventions d'investissement.
29. Ce subventionnement à également un caractère sélectif, au vu du fait que le LNE est juridiquement le seul bénéficiaire des mesures d'aide en question (voir point 12). 29. Ce subventionnement à également un caractère sélectif, au vu du fait que le LNE est juridiquement le seul bénéficiaire des mesures d'aide en question (voir point 12).
(29) Le point 13 des lignes directrices stipule qu'une société qui fait partie d'un groupe ne peut en principe pas bénéficier d'aides à la restructuration, sauf s'il peut être démontré que ses difficultés lui sont spécifiques et ne résultent pas d'une allocation arbitraire des coûts au sein du groupe, et que ces difficultés sont trop graves pour être résolues par le groupe lui-même. (29) Le point 13 des lignes directrices stipule qu'une société qui fait partie d'un groupe ne peut en principe pas bénéficier d'aides à la restructuration, sauf s'il peut être démontré que ses difficultés lui sont spécifiques et ne résultent pas d'une allocation arbitraire des coûts au sein du groupe, et que ces difficultés sont trop graves pour être résolues par le groupe lui-même.
En raison de l'implication d'autres actionnaires, du fait que l'IFP soit actionnaire minoritaire dans des sociétés actives dans son domaine de recherche (hormis trois exceptions) et du fait qu'il collabore avec ces entreprises aux mêmes conditions qu'avec les autres entreprises dans lesquelles il ne détient pas de participation, la Commission a conclu que ces entreprises ne bénéficiaient pas d'un traitement plus favorable. Les rémunérations perçues par l'IFP au titre de ses participations ont, de plus, été considérées comme conformes aux conditions du marché. En raison de l'implication d'autres actionnaires, du fait que l'IFP soit actionnaire minoritaire dans des sociétés actives dans son domaine de recherche (hormis trois exceptions) et du fait qu'il collabore avec ces entreprises aux mêmes conditions qu'avec les autres entreprises dans lesquelles il ne détient pas de participation, la Commission a conclu que ces entreprises ne bénéficiaient pas d'un traitement plus favorable. Les rémunérations perçues par l'IFP au titre de ses participations ont, de plus, été considérées comme conformes aux conditions du marché.
La Commission note que le soutien financier accordé à l'IFP depuis le 1er janvier 2003 n'est pas couvert par les décisions du 29 mai 1996 et du 18 février 1998 qui ont autorisé le financement de l'IFP pour les périodes 1993-1997 et 1998-2002 et qu'il n'a pas fait l'objet d'une notification au sens de l'article 88, paragraphe 3, du traité CE. La Commission note que le soutien financier accordé à l'IFP depuis le 1er janvier 2003 n'est pas couvert par les décisions du 29 mai 1996 et du 18 février 1998 qui ont autorisé le financement de l'IFP pour les périodes 1993-1997 et 1998-2002 et qu'il n'a pas fait l'objet d'une notification au sens de l'article 88, paragraphe 3, du traité CE.
47. Dans ces conditions, les autorités françaises soutiennent que la mesure non notifiée ne constitue pas non plus une aide d'État. C'est la raison pour laquelle elle n'a pas fait l'objet d'une procédure de notification en application de l'article 88, paragraphe 3, du traité CE. 47. Dans ces conditions, les autorités françaises soutiennent que la mesure non notifiée ne constitue pas non plus une aide d'État. C'est la raison pour laquelle elle n'a pas fait l'objet d'une procédure de notification en application de l'article 88, paragraphe 3, du traité CE.
- doutes sur le retour à la viabilité de l'entreprise dus au fait que le plan de restructuration n'indiquait pas comment l'entreprise allait réduire ses pertes sur les lignes faisant autrefois l'objet d'obligations de service public; - doutes sur le retour à la viabilité de l'entreprise dus au fait que le plan de restructuration n'indiquait pas comment l'entreprise allait réduire ses pertes sur les lignes faisant autrefois l'objet d'obligations de service public;
147. La Commission considère que cela n'a pas pour conséquence de rendre cet indice d'imputabilité inopérant: il paraît exclu que les deux parties au contrat, la SNCB et IFB, aient inclus une telle clause dans le contrat, s'il n'y avait pas une prise d'influence du gouvernement belge dans ce sens. Dès lors, le fait que le gouvernement belge n'ait pas insisté à être formellement consulté sur la mise en œuvre de la restructuration ne suffit pas pour exclure une prise d'influence informelle de la part du gouvernement belge lors de la préparation du contrat cadre, qui contient déjà les grandes lignes du sauvetage et de la restructuration.. En tout état de cause, le fait que l'État belge ait omis d'utiliser des moyens de contrôle dont il disposait ne signifie pas que la mesure ne lui soit pas imputable. 147. La Commission considère que cela n'a pas pour conséquence de rendre cet indice d'imputabilité inopérant: il paraît exclu que les deux parties au contrat, la SNCB et IFB, aient inclus une telle clause dans le contrat, s'il n'y avait pas une prise d'influence du gouvernement belge dans ce sens. Dès lors, le fait que le gouvernement belge n'ait pas insisté à être formellement consulté sur la mise en œuvre de la restructuration ne suffit pas pour exclure une prise d'influence informelle de la part du gouvernement belge lors de la préparation du contrat cadre, qui contient déjà les grandes lignes du sauvetage et de la restructuration.. En tout état de cause, le fait que l'État belge ait omis d'utiliser des moyens de contrôle dont il disposait ne signifie pas que la mesure ne lui soit pas imputable.
195. Dès lors, un créancier privé avisé n'aurait pas non plus converti ses créances en capital social d'une entreprise qui ne pouvait survivre que s'il injectait en même du capital frais. La SNCB n'a donc pas agi comme l'aurait fait un créancier privé en économie de marché en convertissant ses créances en capital social. 195. Dès lors, un créancier privé avisé n'aurait pas non plus converti ses créances en capital social d'une entreprise qui ne pouvait survivre que s'il injectait en même du capital frais. La SNCB n'a donc pas agi comme l'aurait fait un créancier privé en économie de marché en convertissant ses créances en capital social.
En effet, Eurocontrol s'est vu confier la préparation et la mise en œuvre des règlements communautaires dans le contexte de l'initiative du Ciel unique européen. En effet, Eurocontrol s'est vu confier la préparation et la mise en œuvre des règlements communautaires dans le contexte de l'initiative du Ciel unique européen.
Si les politiques publiques pour l’emploi ne peuvent s'abstraire de mettre en place des politiques sociales ne se contentant pas de se limiter au traitement social du chômage, mais de l'endiguer, il convient d'insister sur le fait qu'il n'y a pas d'emploi sans croissance économique et sans développement de création d'entreprises, notamment de PME. Si les politiques publiques pour l’emploi ne peuvent s'abstraire de mettre en place des politiques sociales ne se contentant pas de se limiter au traitement social du chômage, mais de l'endiguer, il convient d'insister sur le fait qu'il n'y a pas d'emploi sans croissance économique et sans développement de création d'entreprises, notamment de PME.
Le congé minimal post-natal doit également être élevé, afin d’encourager les femmes à allaiter le plus longtemps possible. Le congé minimal post-natal doit également être élevé afin d'encourager les femmes à allaiter le plus longtemps possible.
De plus, des effets indésirables peuvent apparaître longtemps après la mise sur le marché (cas du DiAntalvic). De plus, des effets indésirables peuvent apparaître longtemps après la mise sur le marché (cas du DiAntalvic).
Fait à Fait à